Dale, CA & ML Leonard. 2011. Conséquences des décisions migratoires sur la reproduction du Bruant des prés de la sous-espèce princeps (Passerculus sandwichensis princeps). Canadian J of Zoology, Vol 89, pages 100-108.

Résumé (AGH; traduction Marielle Thillet): Les oiseaux chanteurs migrent pour échapper à l’hiver, et pour trouver un habitat dans lequel consolider leurs réserves pour la saison de reproduction suivante. Nous connaissons très peu de choses sur la façon dont les oiseaux choisissent où hiverner : devraient-ils aller chercher plus loin un climat plus chaud et des ressources plus abondantes, ou bien devraient-ils sacrifier ces avantages au vu des coûts et risques du voyage et rester relativement proche de leur aire de nidification? Le Bruant des prés de la sous-espèce princeps est une espèce idéale pour étudier cette question, puisqu’il niche sur une seule ile où les conditions de nidification sont similaires, mais il hiverne le long d’une longue bande de littoral de la Géorgie à la Nouvelle Ecosse, à travers laquelle les conditions climatiques hivernales varient sans doute énormément. Par conséquent, les différences de succès reproductif entre individus doivent particulièrement varier en fonction du lieu d’hivernage, plutôt que des caractéristiques de leur aire de nidification. Pour tester cette hypothèse, cette étude a utilisé des isotopes stables (variations naturelles dans certains éléments chimiques avec des propriétés radioactives différentes et des variations géographiques) pour identifier les lieux d’hivernage des bruants. Les isotopes ont été extraits de plumes d’oiseaux poussées pendant l’hiver et fournissent donc une signature du lieu d’hivernage. Ces emplacements ont ensuite pu être reliés à plusieurs mesures de performance reproductive des oiseaux. Fait intéressant, les résultats diffèrent entre les mâles et les femelles : les mâles qui ont passé l’hiver plus au nord étaient en meilleure forme, ont niché plus tôt, et ont engendré des oisillons plus gros; alors que les femelles qui ont hiverné plus au sud ont commencé à nicher plus tôt (ce qui tend à correspondre à un meilleur succès reproducteur sur l’ensemble de la saison de nidification). Par conséquent, le compromis entre les conditions d’hivernage et les coûts migratoires varie en fonction des sexes : il se peut que les mâles doivent arriver plus tôt pour lutter pour les meilleurs territoires, alors que les femelles ont besoin de bonnes conditions pour se constituer leurs ressources reproductives.